Avertir le modérateur

philosophie

  • Nancy Fraser ou la théorie du « prendre part »

    Imprimer

    Le renouvellement du socialisme suppose, selon Nancy Fraser, qu’on lie pratique militante et théorie politique : l’émancipation ne peut être comprise qu’à partir des luttes sociales, dont les formes sont aujourd’hui multiples. Et elle implique une participation égale, dans toutes les sphères de la vie. [Lire l'article]

  • Une philosophie d’esprit démocratique

    Imprimer

    culture & médias,cinéma,démocratie,philosophie,Jacques Demy,les mots sont importantsDe même que Rochefort est géographiquement l’escale qui s’impose entre Little Rock (Arkansas) et la Rue du Nadir aux Pommes (Paris 18ème), Solange et Delphine [1], les deux soeurs jumelles nées sous le signe des Gémeaux, forment historiquement le chaînon manquant entre Lorelei et Dorothy d’une part [2], et d’autre part Céline et Julie [3]. En hommage donc aux soeurs Garnier, à Michel Legrand, à Gene Kelly et à tou-t-es les participant-e-s de ce film génial, en hommage aussi à la Cinémathèque de Paris Bercy qui a eu l’excellente idée d’organiser, du 10 avril au 30 août 2013, une grande rétrospective Jacques Demy, et toujours en co-production avec la Grande Loge Islamo-Madonnique et le Centre de Celine & Julie Studies (Section Blanc-Mesnil), voici quelques réflexions sur Les Demoiselles de Rochefort. [Lire l'article]

  • La vérité peut-elle survivre à la démocratie ?

    Imprimer

    philosophie,politique,démocratie,vérité,AgoneL’une des raisons pour lesquelles la vérité et la démocratie ne semblent pas faire bon ménage est qu’on a tendance à confondre, d’une part, la liberté d’opinion et de parole avec l’égale vérité des opinions, ce qui revient à adopter une forme de relativisme, et, d’autre part, la règle de majorité avec une règle de vérité, ce qui revient à adopter une forme de théorie de la vérité comme consensus. Parce que la démocratie libérale repose sur le principe de la pluralité des valeurs et sur la neutralité axiologique, on a tendance à penser qu’elle exige de traiter toutes les opinions comme également respectables et, moyennant une confusion de plus, comme également vraies. Parce que la démocratie suppose la règle selon laquelle, en matière de décisions, la majorité doit l’emporter, on suppose que les opinions majoritaires ont le plus de chances d’être vraies, et qu’elles sont vraies parce qu’elles sont celles de la majorité.

    [Plan]          [Texte]

  • Les Grecs de l’Antiquité connaissaient-ils leur âge ?

    Imprimer

    histoire,philosophie,antique,Grecs,jeunesse,le portiqueLes Grecs de l’Antiquité connaissaient-ils leur âge ? Par-delà le caractère surprenant de la question, se posent trois problèmes : les raisons de le connaître, la manière d’y parvenir, et les moyens de l’attester auprès d’autrui. Pour la plupart des gens, c’était sans importance sociale. Seuls les garçons libres étaient dans l’obligation de le connaître, pour l’organisation de la vie civique, et de la vie religieuse dans le cas des concours. Mais le caractère très incommode de la désignation des années par le nom de magistrats éponymes dans le cadre de chacune des cités en rendait le décompte difficile, ce qui a parfois conduit à la création de procédés de substitution. Hors du cadre civique, on ne pouvait s’en remettre qu’aux affirmations des intéressés ou à leur apparence physique. Les Grecs de l’Antiquité connaissaient très probablement leur âge, mais avaient les plus grandes difficultés à le prouver. [Lire l'article]

  • « Les douceurs d’un commerce indépendant » : Jean-Jacques Rousseau, ou le libéralisme retourné contre lui-même

    Imprimer

    philosophie,république,libéralisme,rousseau,astérionOn associe habituellement Rousseau à la tradition républicaine, opposée schématiquement à la tradition libérale. Sans remettre en cause globalement cette thèse, il peut être intéressant de déplacer les termes de la problématique, en présentant la critique rousseauiste du libéralisme comme une critique menée de l’intérieur, plutôt que de l’extérieur. On peut en effet, à l’exemple de John Pocock, identifier un tronc commun aux pensées républicaine et libérale ou, à l’exemple de Charles Larmore, voir dans le républicanisme « une formulation plus lucide de la théorie libérale ». Cela se traduit chez Rousseau par une stratégie consistant à se réapproprier les promesses contenues dans les prémisses du libéralisme, pour mieux en dénoncer les conséquences dogmatiques. De fait, on trouve chez Rousseau une défense des droits individuels, un souci de l’indépendance individuelle dans les relations économiques et plus généralement dans les rapports sociaux, une justification jusnaturaliste de la propriété privée, et même des emprunts à l’idée selon laquelle la mise en concurrence permettrait de définir les conditions d’un choix optimal. Cependant l’analyse de certains textes de l’Émile montre que Rousseau vise en définitive à dissiper l’illusion d’une autorégulation optimale des rapports sociaux et économiques : l’opacité et les distorsions des rapports économiques ainsi que l’usage spontanément irrationnel de la liberté individuelle impliquent la nécessité de gouverner la liberté, par l’éducation et par la législation.

    [Plan]     [Texte]

  • Choisir ses chefs

    Imprimer

    philosophie,démocratie,livre,la vie des idées

    Nos démocraties ne peuvent se passer de chefs, selon J.-C. Monod, car ils offrent une garantie de notre liberté face aux dominations des puissances économiques. Encore faut-il parvenir à les choisir et à définir ce qu’on en attend. [Lire l'article]

    Qu'est-ce qu'un chef en démocratie? : Politiques du charisme

  • "Les jeux vidéo font de la politique" (et voici comment)

    Imprimer

    philosophie,culture & médias,cinéma,politique,travail,jeu vidéo,entretien,davdufMathieu Triclot aime les jeux vidéo, comme d’autres aimaient le rock. Parce que l’un comme l’autre proposent un point de vue bancal, social, brutal du monde. Dans son ouvrage « Philosophie du jeu vidéo », le maître de conférence défend le genre comme on brandit une épée dans Diablo, avec cœur et conviction. Pour lui, les jeux vidéo sont plus que des jeux. Ils seraient l’objet (im)parfait du monde moderne, où le travail se transforme en un jeu, le jeu en un travail. Triclot revient ici sur les rapports cinéma/jeu vidéo, politique/jeu vidéo, monde du travail/jeu vidéo et étrille gamification et serious game. [Lire l'entretien]

  • L'imposture Onfray

    Imprimer

    parti pris,philosophie,Onfray,Camus,babelmedSa haine de Jean Paul Sartre est à la taille de sa fascination pour les puissants. Onfray est libertaire seulement dans sa proclamation. Il est l'expression du moult du néolibéralisme, pour lequel l'émancipation des peuples anciennement colonisés, est une défaite à surmonter. La coqueluche des médias force la lecture des œuvres de Albert Camus pour en faire un homme qui ne fut pas pour la colonisation. Onfray fait d'ailleurs dans l'esprit camusien par sa posture d'apparence ni pour la colonisation, ni contre la colonisation. [Lire la suite]

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu