Avertir le modérateur

femmes

  • Les femmes ont-elles disparu de la littérature en 1830 ?

    Imprimer

    Parallèlement au processus général de « féminisation » des professions, il y a des activités où les femmes disparaissent. L’informatique constitue un cas emblématique : alors que de nombreux pionniers étaient des pionnières, le sex-ratio est de plus en plus déséquilibré depuis trente ans. Dans les universités américaines, le part d’étudiantes en computer science serait passée de 35% en 1984 à moins de 20% aujourd’hui.

    Ce phénomène de dé-féminisation n’est pas une anomalie isolée. Une excellente rétrospective historique de Béatrice Cherrier montre que les femmes ont de plus en plus été marginalisées dans les sciences économiques entre les années 1930 et les années 1970 (avec un taux de docteures passant de 20% à 4% entre les années 1920 et les années 1950).

    Et il y a la littérature… [Lire l'article]

  • Que peut-on «vendre» avec des gros seins ?

    Imprimer

    Le mot publicité évoque généralement l’image d’une pin-up dénudée posant près d’une voiture, d’un paquet de chips ou d’un déodorant pour homme. Parfois aussi, elle sert à vendre des bonnes causes. Est-ce légitime ? Scandaleux ? Faut-il condamner toutes les affiches sexy, sans distinction ? [Lire l'article]

  • Pourquoi je n’ai plus foi en les Femen

    Imprimer

    parti pris,femmes,inégalités,luttes,politique,droit,le blog d'OvidieOù sont les féministes ? Elles sont au Planning Familial. Elles font passer des lois. Elles révolutionnent la pensée en nous faisant partager leurs écrits. Elles s’interrogent à propos desétudes de Genre. Elles sont dans ce qu’on appellent « les quartiers ». Elles travaillent sur le terrain avec les prostituées, au lieu de les condamner. Elles aident les femmes et les accompagnent dans la grossesse et la maternité. Elles luttent, quotidiennement, de manière pragmatique et efficace. [Lire l'article]

  • Consultation gynécologique et gestion de l’intime

    Imprimer

    société,femmes,médecine,intime,champ psyL’intime est au coeur de la consultation gynécologique. L’objet de cette consultation étant l’exploration des organes génitaux de la patiente, les femmes sont amenées à se dénuder et exposer les parties intimes de leur corps afin de permettre au gynécologue de les explorer par la pratique de l’examen technique gynécologique. Si la plupart des femmes manifestent un attachement particulier à cette consultation, elles évoquent fréquemment leur appréhension : « il faut avouer que cela n’a rien d’agréable », « si je pouvais me passer de cet examen, ça serait bien ! », certaines la désignant comme « un véritable calvaire ». De leur côté, les gynécologues eux-mêmes insistent sur le caractère « intrusif » de leur pratique « dans l’intimité physique de leur patiente » faisant de leur spécialité « une pratique difficile et délicate ». Ces quelques témoignages attestent tous que cette interaction ne va pas de soi. Ils viennent en ce sens nuancer l’idée de Goffman (1968) selon laquelle le statut du médecin conférerait distance et neutralité, distance qui, d’après F. Berton (1994), retire toute émotion permettant ainsi l’exercice de la pratique médicale. Dès lors, comment est rendue possible la gestion de cet intime corporel dans l’interaction de la consultation ? Quelles sont les moyens mis en œuvre pour permettre à la patiente de se soumettre à cette consultation et au gynécologue d’exercer sa pratique ? [Lire la suite]

  • La femme du ménage

    Imprimer

    société,femmes,inégalités,mariage,travail,temporalitésCe texte étudie la division sexuelle du travail dans l’organisation de la cérémonie de mariage. Les temporalités des hommes et des femmes divergent progressivement au cours des différentes étapes de la préparation du mariage (de l’élaboration du projet jusqu’au jour J en passant par l’organisation de la fête). Les femmes consacrent toujours plus de temps au collectif que les hommes. La cérémonie de mariage ne constitue donc pas seulement une étape de formation du couple mais aussi un point d’ancrage et d’incorporation du « partage inégal » du travail domestique au sein du couple. Au cours d’une série d’épreuves symboliques et techniques qu’elles traversent pour se métamorphoser en mariée et en épouse, les femmes apprennent progressivement à devenir la femme du ménage.

    [Plan]          [Texte]

  • Promotion de la prostitution et lutte contre l’homosexualité dans les camps de concentration nazis

    Imprimer

    histoire,guerre,nazis,femmes,camps,concentration,homosexualité,prostitution,trajectoiresLes camps de concentration nazis, n’étaient pas des institutions mixtes. En 1942, un nouveau Kommando fut créé au camp de femmes de Ravensbrück : le Sonderbau. Les femmes qui y furent affectées étaient ensuite transférées vers les grands camps de concentration pour hommes (Buchenwald, Neuengamme, Sachsenhausen, Dachau, etc.) afin d’y travailler pour une durée de six mois, en tant que prostituée. L’accès au Sonderbau, au « bordel » était réservé à une minorité d’internés. Seuls les détenus (hommes) les plus méritants, avaient le droit de s’y rendre. Cette mesure avait officiellement pour objectif d’augmenter la productivité des internés.

    [Plan]          [Texte]

  • Saga Twilight : violence conjugale et glorification du patriarcat

    Imprimer

    culture & médias,cinéma,femmes,hommes,violences,le cinéma est politiqueLorsqu’a eu lieu le phénomène de société « Twilight » (livres et films), nombreux l’ont violemment critiqué. Cependant, les critiques négatives ont été globalement orientées sur trois axes : la nullité (des livres, des films, des acteurs, etc.), la défense de la chasteté promue par  le roman (Bella et Edward n’ont de relations sexuelles qu’à partir de leur mariage) et la redéfinition (trahison selon certains) du mythe du vampire. Si ces axes de critiques sont relativement pertinents (encore que la nullité est une notion subjective), la saga Twilightpropage d’autres idées et modèles, autrement plus dangereux que la virginité avant le mariage. [Lire la suite]

  • Qui se ressemble s'assemble

    Imprimer

    société,homme,femmes,couple,sexualité,les 400 culs

    Il y a des photographes qui affichent en vitrine les clichés de mariage qu’ils ont réalisé. On ne peut pas s’empêcher de regarder, un peu fasciné, ces images du bonheur… en cherchant l’erreur. Certains couples se ressemblent. D’autres non. Pourquoi ? Existe-t-il une logique dans le choix du partenaire ? [Lire l'article]

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu