Avertir le modérateur

Philosophie

  • Nancy Fraser ou la théorie du « prendre part »

    Imprimer

    Le renouvellement du socialisme suppose, selon Nancy Fraser, qu’on lie pratique militante et théorie politique : l’émancipation ne peut être comprise qu’à partir des luttes sociales, dont les formes sont aujourd’hui multiples. Et elle implique une participation égale, dans toutes les sphères de la vie. [Lire l'article]

  • La vérité peut-elle survivre à la démocratie ?

    Imprimer

    philosophie,politique,démocratie,vérité,AgoneL’une des raisons pour lesquelles la vérité et la démocratie ne semblent pas faire bon ménage est qu’on a tendance à confondre, d’une part, la liberté d’opinion et de parole avec l’égale vérité des opinions, ce qui revient à adopter une forme de relativisme, et, d’autre part, la règle de majorité avec une règle de vérité, ce qui revient à adopter une forme de théorie de la vérité comme consensus. Parce que la démocratie libérale repose sur le principe de la pluralité des valeurs et sur la neutralité axiologique, on a tendance à penser qu’elle exige de traiter toutes les opinions comme également respectables et, moyennant une confusion de plus, comme également vraies. Parce que la démocratie suppose la règle selon laquelle, en matière de décisions, la majorité doit l’emporter, on suppose que les opinions majoritaires ont le plus de chances d’être vraies, et qu’elles sont vraies parce qu’elles sont celles de la majorité.

    [Plan]          [Texte]

  • « Les douceurs d’un commerce indépendant » : Jean-Jacques Rousseau, ou le libéralisme retourné contre lui-même

    Imprimer

    philosophie,république,libéralisme,rousseau,astérionOn associe habituellement Rousseau à la tradition républicaine, opposée schématiquement à la tradition libérale. Sans remettre en cause globalement cette thèse, il peut être intéressant de déplacer les termes de la problématique, en présentant la critique rousseauiste du libéralisme comme une critique menée de l’intérieur, plutôt que de l’extérieur. On peut en effet, à l’exemple de John Pocock, identifier un tronc commun aux pensées républicaine et libérale ou, à l’exemple de Charles Larmore, voir dans le républicanisme « une formulation plus lucide de la théorie libérale ». Cela se traduit chez Rousseau par une stratégie consistant à se réapproprier les promesses contenues dans les prémisses du libéralisme, pour mieux en dénoncer les conséquences dogmatiques. De fait, on trouve chez Rousseau une défense des droits individuels, un souci de l’indépendance individuelle dans les relations économiques et plus généralement dans les rapports sociaux, une justification jusnaturaliste de la propriété privée, et même des emprunts à l’idée selon laquelle la mise en concurrence permettrait de définir les conditions d’un choix optimal. Cependant l’analyse de certains textes de l’Émile montre que Rousseau vise en définitive à dissiper l’illusion d’une autorégulation optimale des rapports sociaux et économiques : l’opacité et les distorsions des rapports économiques ainsi que l’usage spontanément irrationnel de la liberté individuelle impliquent la nécessité de gouverner la liberté, par l’éducation et par la législation.

    [Plan]     [Texte]

  • Choisir ses chefs

    Imprimer

    philosophie,démocratie,livre,la vie des idées

    Nos démocraties ne peuvent se passer de chefs, selon J.-C. Monod, car ils offrent une garantie de notre liberté face aux dominations des puissances économiques. Encore faut-il parvenir à les choisir et à définir ce qu’on en attend. [Lire l'article]

    Qu'est-ce qu'un chef en démocratie? : Politiques du charisme

  • "Les jeux vidéo font de la politique" (et voici comment)

    Imprimer

    philosophie,culture & médias,cinéma,politique,travail,jeu vidéo,entretien,davdufMathieu Triclot aime les jeux vidéo, comme d’autres aimaient le rock. Parce que l’un comme l’autre proposent un point de vue bancal, social, brutal du monde. Dans son ouvrage « Philosophie du jeu vidéo », le maître de conférence défend le genre comme on brandit une épée dans Diablo, avec cœur et conviction. Pour lui, les jeux vidéo sont plus que des jeux. Ils seraient l’objet (im)parfait du monde moderne, où le travail se transforme en un jeu, le jeu en un travail. Triclot revient ici sur les rapports cinéma/jeu vidéo, politique/jeu vidéo, monde du travail/jeu vidéo et étrille gamification et serious game. [Lire l'entretien]

  • Les Intellectuels américains et l’idéal démocratique

    Imprimer

    philosophie,international,politique,démocratie,usa,usa 2012,intellectuels,cahiers d'histoireDaniel Geary examine, à travers quatre figures marquantes, la manière dont les intellectuels américains ont interrogé, éprouvé et participé à la construction de la démocratie depuis la fin du xixe siècle, s’engageant sur le terrain public pour porter une critique sociale et culturelle centrée sur l’idéal démocratique. Quatre portraits successifs déploient les parcours singuliers, les prises de position politiques et les ambiguïtés du positionnement social et de l’engagement d’« intellectuels » parvenus à imposer leurs voix dans le débat public : William James (1842-1910), figure majeure d’une philosophie pragmatiste fondée sur la recherche empirique et collective de la vérité, devenu défenseur du pluralisme religieux et du libre-arbitre ; W. E. B. Du Bois (1868-1963), sociologue afro-américain que ses travaux sociologiques et historiques transforment en avocat de la démocratisation raciale des États-Unis ; Noam Chomsky (né en 1928), linguiste de renom dont la notoriété s’est construite par une critique incessante de l’« impérialisme » du gouvernement américain et de la complicité des élites ; Susan Sontag (1933-2004), dont la critique culturelle conteste l’étroitesse des interprétations savantes de l’art et revendique la relativisation des hiérarchies des goûts, sans résoudre la tension ouverte entre la démocratisation de la culture et sa propre autorité en la matière.

    [Plan]     [Texte]
  • Foucault est-il de gauche ?

    Imprimer

    socialisme,démocratie,idéesMichel Foucault est devenu une référence majeure de la gauche critique, mais a-t-il toujours été vraiment de gauche ? C’est cette question embarrassante que J. L. M. Pestaña affronte, en revenant sur la trajectoire politique tortueuse du grand philosophe, et notamment sur son rapport au (néo)libéralisme. [Lire l'article]

    Foucault, la gauche et la politique

  • Le philosophe Giorgio Agamben : "La pensée, c'est le courage du désespoir"

    Imprimer

    philosophie,société,politique,religion,capitalisme,loi,droit,biopolitique,dérives,entretien,télérama

    Le capitalisme ? Une religion. L'homme ? Un animal désoeuvré. La loi ? Trop présente. Le philosophe italien analyse avec sagacité notre société et ses dérives "biopolitiques". [Lire l'entretien]

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu