Avertir le modérateur

  • Les emplois électoraux

    Imprimer

    politique,économie,élection présidentielle,travail,note,télosUn président-candidat qui finance, avec l’argent de la SNCF, le rachat de Seafrance par une SCOP de marins. Une candidate écologiste déterminée à sauver une raffinerie de pétrole sans débouchés, Petroplus Petit-Couronne. Une ministre qui veut arracher à la liquidation Photowatt, un producteur de panneaux solaires dont le marché a été tari par son propre gouvernement. L’approche des élections conduit le gouvernement à faire feu de tout bois pour éviter les licenciements dans les entreprises qui font la Une des médias. Mieux encore, le président-candidat, dans un accès d’hyper-volontarisme, entend apporter des solutions durables à ces faillites industrielles et faire ainsi la preuve que contrairement à ce qu’affirmait Lionel Jospin, « l’Etat peut tout faire ». Pour les salariés des entreprises les plus en vue, c’est une bonne nouvelle. Un répit de quelques mois est bon à prendre dans un marché de l’emploi très dégradé. Mais pour l’économie française c’est un pur exercice d’anti-pédagogie. [Lire la suite]

  • Les deux partis républicains

    Imprimer

    international,usa 2012,républicains,note,blogs alternatives internationalesLe clivage entre les démocrates et les républicains, malgré son importance et son apparent approfondissement, n’est pas la seule fracture qui traverse la politique américaine. Comme le montrent les primaires présidentielles qui ont commencé début janvier, il y a un clivage tout aussi important qui divise le parti républicain. [Lire la suite]

  • Génocide arménien : la pitié dangereuse

    Imprimer

    Par Robert Badinter

    parti pris,politique,international,génocide,mémoire,histoire,Turquie,france,note,le huffington post

    Je sais par expérience personnelle combien est cruel le négationnisme pour les descendants des victimes d'un génocide. Mais en dehors de cette fonction thérapeutique, je pense que cette loi n'apportera que des déboires, y compris à la communauté arménienne elle-même. [Lire la suite]

  • Les génocides et l’état de guerre

    Imprimer

    guerre et paix,politique,shoah,astérionLa définition du mot « génocide » relève d’emblée d’ambiguïtés lexicales et conceptuelles. À l’origine juridique, le terme divise les historiens qui y voient tantôt une spécificité du xxe siècle, tantôt un hapax avec la « solution finale », tantôt un phénomène plus ancien avec le moment fondamental de la colonisation ouverte à l’idée d’extermination. Ainsi, la prudence fera préférer la notion de « massacre de masse ».L’instrumentalisation politique de la référence à l’état de guerre est un parallélisme plutôt qu’une comparaison. Contexte favorable, prétexte, arrière-fond du discours génocidaire, la guerre est faux ami avec le génocide. Huis clos autophage dans une entité politique, le génocide connaît une plus grande proximité avec la guerre civile : la désignation d’ennemis intérieurs, la barrière du corps qui tombe, la « brutalisation » des sociétés favorisent la discrimination d’un ennemi qu’il faut rendre visible pour mieux le faire disparaître. La « bascule » dans le génocide révèle les mécanismes fantasmatiques du politique qui concrétisent l’éventualité destructrice de l’État. Aussi faut-il se demander si le génocide appartient en propre à une terrible modernité du xxe siècle ou à la substance de l’État. La question de la rationalité folle ou de la logique irrationnelle du génocide repose le problème du mal radical et du mal politique : dans la réinvention du politique à travers les pratiques génocidaires, l’existence et l’identité de l’État se redéfinissent hyperconflictuelles.

    [Plan]     [Texte]


    - @ - @ - @ -

     

    Remarquez bien : L’Assemblée générale des Nations Unies a adoptée le 1er novembre 2005 la résolution 60/7 intitulée « Mémoire de l’Holocauste ». Cette résolution permet aux Nations Unies de proclamer tous les ans le 27 janvier (date d'anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz) la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. Jusqu'au 28 janvier En quête de l'actualité fait écho à cette résolution en cansacrant ses notes à divers documents de réflexions sur l’Holocauste, l’étude des génocides, le racisme et la mémoire.

  • Affronter un lourd passé : débat de presse sur l’Holocauste en Pologne et en Slovaquie après 1989

    Imprimer

    shoah,histoire,société,mémoire,sbPlus de soixante-cinq ans nous séparent des faits et pourtant l’Holocauste est toujours bien présent dans les cercles universitaires et la vie publique1. Les implications énormes et la complexité du problème expliquent cet intérêt persistant ainsi que les incessants débats et réinterprétations qu’elle a suscités. Cependant, si le débat sur l’Holocauste dure depuis plusieurs décennies en Europe de l’ouest2, il a fallu attendre 1989 pour qu’il soit lancé en Europe centrale. Pendant la période d’après-guerre, le système communiste et son emprise totalitaire sur l’histoire ne laissèrent pas beaucoup de place aux écarts par rapport à la ligne officielle du Parti, qui créa une image déformée des événements de la Deuxième Guerre mondiale, en ce compris le sort des Juifs. Selon le pays et l’époque, la situation des Juifs fut minimisée, détournée ou complètement étouffée. [Lire la suite]


    - @ - @ - @ -

     

    Remarquez bien : L’Assemblée générale des Nations Unies a adoptée le 1er novembre 2005 la résolution 60/7 intitulée « Mémoire de l’Holocauste ». Cette résolution permet aux Nations Unies de proclamer tous les ans le 27 janvier (date d'anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz) la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. Jusqu'au 28 janvier En quête de l'actualité fait écho à cette résolution en cansacrant ses notes à divers documents de réflexions sur l’Holocauste, l’étude des génocides, le racisme et la mémoire.

  • A Auschwitz, la mémoire étouffée par le tourisme de masse

    Imprimer

    mémoire,capitalisme,shoah,tvrama

    Mercantilisme, bousculade, attitudes choquantes… L'ancien camp d'extermination d'Auschwitz est la première destination des tour-opérateurs de Cracovie. Dans la foule, se recueillir est impossible. [Lire l'article]

     

    - @ - @ - @ -

     

    Remarquez bien : L’Assemblée générale des Nations Unies a adoptée le 1er novembre 2005 la résolution 60/7 intitulée « Mémoire de l’Holocauste ». Cette résolution permet aux Nations Unies de proclamer tous les ans le 27 janvier (date d'anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz) la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. Jusqu'au 28 janvier En quête de l'actualité fait écho à cette résolution en cansacrant ses notes à divers documents de réflexions sur l’Holocauste, l’étude des génocides, le racisme et la mémoire.

  • Transmission et intériorisation du vécu de la Shoah dans des familles juives

    Imprimer

    shoah,mémoire,fàfComment le vécu traumatique de la Shoah se répercute, d'un côté pour des survivants et de l'autre pour leurs enfants, sur l'image de soi en tant que juif ? A partir d'une étude comparative menée en 2000 et en 2002 à Varsovie et à New York, cette question est abordée sous l'angle de ce qui a trait d'une part à l'appartenance ethnique, et d'autre part à l'identité religieuse, puisque là sont les deux grands axes à partir desquels les personnes élaborent leur propre construit identitaire en tant que juif. L'incidence du poids de la mémoire de la Shoah sur les construits identitaires des personnes est-elle identique en Pologne et aux Etats-Unis ? D'une manière transversale, quelles sont les grandes variations observables du côté des survivants, et du côté des membres de la deuxième génération ? Concernant ces derniers, quelle est la répercussion de la mémoire des traumas de la Shoah qu'ils ont reçue sur les positionnements et opinions qu'ils ont au sujet de ce qui se rapporte à l'appartenance ethnique et au champ de leurs croyances? L'incidence de cette mémoire a-t-elle toujours un caractère traumatique ? Quelles sont certaines des conditions sociales et culturelles générales passées et présentes qui sous-tendent la présence de l'ensemble des variations que l'on peut constater tant chez les survivants que chez leurs enfants dans les deux pays ?

    [Plan]     [Texte]

     

    - @ - @ - @ -

     

    Remarquez bien : L’Assemblée générale des Nations Unies a adoptée le 1er novembre 2005 la résolution 60/7 intitulée « Mémoire de l’Holocauste ». Cette résolution permet aux Nations Unies de proclamer tous les ans le 27 janvier (date d'anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz) la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. Jusqu'au 28 janvier En quête de l'actualité fait écho à cette résolution en cansacrant ses notes à divers documents de réflexions sur l’Holocauste, l’étude des génocides, le racisme et la mémoire.

  • Le spectre des génocides

    Imprimer

    médias,histoire,mémoire,gradhivaAu refus de porter le regard sur l’événement monstrueux que furent les génocides a succédé la « pédagogie par l’horreur ». Dans l’intervalle, il s’est transformé en langage et en objet de consommation « médiatique ». Si le « devoir de mémoire » s’est imposé, la question demeure de savoir ce qu’il faut faire de ces désastres (afin d’éviter que la catastrophe ne se répète). Or il n’y a pas de réponse claire et définitive à cette question. L’essentiel est d’installer une balise ou de tirer un signal d’alarme. Tâche à laquelle s’appliquent les survivants et leurs descendants, ainsi que les résistants ou les militants qui invitent aux commémorations en divers lieux de « mémoires meurtries » : site des crimes, musées, camps, etc. De tels dispositifs montrent en effet que les génocides n’échappent pas à la représentation ; que leur singularité ne disqualifie pas la comparaison ; que leur définition ne doit pas se profiler exclusivement sur le droit ; que le « judéocide » n’est pas une théologie et qu’il ne constitue pas le paradigme des violences extrêmes ; enfin, que les traumatismes doivent être discutés, interprétés et jugés au sein de forums hybrides. En dépit de la montée en puissance des politiques de la mémoire compassionnelle, en voie de mondialisation, il faut donc garantir l’« ininterruption » des récits et des savoirs complexes des désastres et autres crimes de masse.

    [Plan]     [Texte]


    - @ - @ - @ -

     

    Remarquez bien : L’Assemblée générale des Nations Unies a adoptée le 1er novembre 2005 la résolution 60/7 intitulée « Mémoire de l’Holocauste ». Cette résolution permet aux Nations Unies de proclamer tous les ans le 27 janvier (date d'anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz) la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. Jusqu'au 28 janvier En quête de l'actualité fait écho à cette résolution en cansacrant ses notes à divers documents de réflexions sur l’Holocauste, l’étude des génocides, le racisme et la mémoire.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu